Conférence du Professeur Belpomme : « Ces maladies créées par l’homme »

Le 29/04/2005 à Vouillé

Conférence organisée par le collectif pour l'alternative à l'incinération. Quelques adhérents de CIMES se sont évidemment rendus à cette conférence dont voici un très copieux compte rendu.

Représentant du collectif contre l’incinérateur de Coulon : « Le collectif a déjà abordé les problèmes et risques liés à l’implantation d’incinérateurs… Les discussions avec la CAN : interventions, projets… sont restées stériles. …aujourd’hui le collectif a cessé toutes discussions ».

Petite présentation du Pr Belpomme : Ce type d’intervention lui est hélas commun : 3 à 4 fois par semaine…Ceci est significatif du problème. Le professeur précise, que son discours sera apolitique et qu’il n’est là qu’en tant qu’expert. Son livre : « Ces maladies créées par l’homme » a été un pavé dans la mare et n’a pas du tout été accepté par le corps médical. Cette confrontation a marqué le début d’une vague médiatique . Pourquoi en est-il arrivé à se poser ces questions et à écrire ce livre ? Alors qu’il était expert en cancérologie depuis 30 ans et soignait ses patients cancéreux tout en menant des recherches thérapeutiques anticancéreuses (ARTAC) depuis 20 ans, il s’est rendu compte qu’il se retrouvait dans une impasse. En effet ses efforts depuis 16 ans pour améliorer ses résultats sont restés vains. Il en est arrivé à l’hypothèse que l’environnement avait sa part dans la survenue des cancers mais aussi dans d’autres maladies.

Son exposé se décomposera en 3 parties ( comme au colloque de l’UNESCO du 7 mai où fut lancé l’appel de Paris ) :

I . Cancer et environnement

II. Environnement et société

III. Appel de Paris

I. Cancer et environnement :

Tout est parti d’un constat : le nombre de cancers augmente et encore plus depuis ces 20 dernières années.

- En 20 ans, le cancer du sein : a été multiplié par 2, soit il y a 20 ans 1 femme sur 12, aujourd’hui 1 femme sur 5 ou 6. 15 000 morts par an ( 3 fois le nombre de morts sur la route).

- En 20 ans, le cancer de la prostate : a été multiplié par 3, soit il y a 20 ans 1 homme sur 10 ou 12, aujourd’hui 1 homme sur 3.

Les gens se disent que le cancer se déclare après 50 ans et en même temps l’espérance de vie augmente…Mais depuis 20 à 30 ans on observe 1 % de cancers supplémentaire chez les enfants. Ceci place le cancer en 1ère cause de mortalité chez les enfants (avant le suicide). On soigne 60 à 70 % des leucémies mais à quel prix : irradiation du cerveau…

Il y a un vrai problème de santé publique, on enregistre 280 000 nouveaux cas de cancers tous les ans et 150 000 morts c'est à dire " 30 fois plus que les accidents de la route". Ceci veut dire que l’on soigne 45 % des cancéreux mais aussi qu’il y a 50 à 55 % de non guéris : ce n’est pas satisfaisant ! Il est vrai aussi que la prise en charge de ceux que l’on ne peut guérir s’est améliorée.

- Il y a 20 ans, on avait 20 à 30 médicaments à disposition pour soigner, aujourd’hui on en a le double. Mais cette panoplie n’arrive toujours pas à endiguer le cancer.

- Il y a 4-5 ans, une analyse réalisée par une équipe internationale experte en épidémiologie a montré que l’incidence des cancers augmentait tandis que le taux de guérison restait stationnaire.

On se trouve dans une impasse thérapeutique : on soigne les petits cancéreux ( les 45% ) mais pas les lourds ( les 55% qui meurent ). Ceci a amené le professeur à s’intéresser à la prévention du cancer et à en rechercher les causes… On rejoint de nouveau le problème environnemental ! Le cancer est la 1ère cause de mortalité des moins de 65 ans. 1/4 des cancers est dû au tabagisme, mais les 3/4 des autres ? Il y a 2 thèses :

- 1ère thèse : celle du corps médical

Quand ce n’est pas le tabac qui provoque le cancer, c’est le mode de vie : par exemple le régime alimentaire, la pilule, le stress, l’alcool… En fait, ils interviennent mais de façon secondaire. 

Petit Rappel : un cancer se fait en 2 étapes. Nous possédons des milliards de cellules, qui sont constituées d’un noyau avec de l’ADN. L’ADN est le support des gènes. Ces gènes contrôlent les cellules. Si un gène s’altère on parle de mutation ( c'est-à-dire d’une modification de la structure chimique de l’ADN). Si une cellule subit entre 3 et 6 mutations un cancer se déclare. Cependant cette cellule aura besoin d’un starter : un facteur de croissance, un promoteur. Le tabac par exemple est cancérigène par combustion de produits qui sont mutagènes ( ils altèrent les gènes).

- 2ème thèse : celle du Pr Belpomme

A quoi sont dus les 3/4 des cancers ? Ce n’est pas le mode de vie, ni la pilule, ni le régime… Il n’y a rien de mutagène ! Ce sont seulement des « starters ». Les facteurs mutagènes se trouvent donc dans l’environnement :

- Les virus, bactéries : facteurs biologiques

- Les rayonnements : la radioactivité naturelle et industrielle : facteurs physiques. Hélas on n’a pas toutes les données par manque de transparence des industriels.

- Les UV : rayonnements solaires, ils sont à l’origine des mélanomes (cancers de la peau).

Observation : autrefois les gens ne se protégeaient pas particulièrement du soleil, pourtant ils avaient peu de cancers…

Hypothèse : La terre est entourée d’une couche protectrice d’ozone stratosphérique qui agit comme un filtre aux UV. Or on observe un amincissement de cette couche d’ozone qui laisserait passer plus d’UV. Nos peaux seraient donc plus exposées.

- Les champs électromagnétiques : les ordinateurs, les écrans cathodiques, les portables, les lignes « haute tension »… Au niveau individuel, le risque est faible mais au niveau collectif il est important. Les enfants sont très vulnérables : tumeurs possibles. En Angleterre les portables sont interdits aux moins de 12 ans.

Il faut les proscrire chez les femmes enceintes les produits chimiques.. Les produits chimiques, c’est le vrai problème. Ils seraient la cause d’1 cancer sur 2 d’après les probabilités. Plusieurs voies de contamination :

1°) Les voies respiratoires : pollution extérieure et intérieure

La pollution extérieure : produits de combustions fossiles, hydrocarbures aromatiques polycycliques qui se fixent sur les poussières, ce qui facilite leur absorption.

Les corps organiques volatiles agissent surtout dans les habitations : benzène, formaldéhyde...

Il faut absolument aérer ces poussières. Certains produits d’entretien sont dangereux : les pesticides, l’amiante (poussières avec des métaux lourds cancérigènes).

Il ne faut pas habiter une zone industrielle.

2°) La voie alimentaire : de 2 types :

Les contaminants.

Les additifs : agroalimentaires pour satisfaire notre société de consommation.

Le consommateur doit acheter : amélioration organoleptique des aliments (couleur, odeur…).

Les colorants azoïques sont cancérigènes . La réponse des industriels : « ce sont des petites doses… ». Mais ce n’est pas la quantité qui compte mais la répétition des expositions.

Les nitrites : ce sont des conservateurs, contre les bactéries, ils sont très cancérigènes car ils se transforment en nitrosamine dans le tube digestif qui passe dans la circulation générale. Les cellules qui en reçoivent subissent des mutations.

Les contaminants alimentaires (agriculture), on utilise des nitrates en grande quantité. Ils ne sont pas directement cancérigènes mais sont transformés par notre flore bactérienne saprophyte en nitrites. Ces nitrites sont cancérigènes. Attention quand on mange une salade il faut enlever le pied et les grosses nervures : sinon on mange des pesticides... Il faut aussi cuire les légumes avec le minimum d’eau pour garder les vitamines qui passent dans l’eau.

Les métaux lourds dans les boues. On utilise ces boues comme engrais pour le sol : Cadmium, Nickel, Plomb…On les retrouve dans les légumes à petites doses mais peu importe la dose…

3°) Incinération et dioxines...

Les dioxines : molécules résultant de la combinaison d’une molécule organique et du chlore. Pour le professeur : les dioxines sont non seulement mutagènes mais agissent aussi comme des starters. Elles sont à l’origine de sarcomes  ( tumeur du tissu conjonctif ) et de- lymphomes ( tumeur des ganglions ).

L’épidémiologie en France est sous développée. Pourtant on n’utilise pas les résultats des pays voisins. Pour nous, tout est à redémontrer. « Les résultats scientifiques sont incontournables ».

Les incinérateurs : « c’est une hérésie », « c’est stupide »... Les constructeurs ne prennent pas en considération les données scientifiques. On fait l’inverse de ce qu’il faut faire, les élevages à proximité sont touchés ainsi que les réserves d’eau… Un incinérateur près de Paris : Une thèsarde belge a montré que les œufs pondus à 20 km de l’incinérateur contenaient 30 fois plus de dioxine que la norme en vigueur. De même pour le lait à 30 km... Attention donc aux appellations d’origine contrôlée qui trainent dans le coin : beurre d’Echiré… Cette position le place en total désaccord avec le Pr. Narbonne ( toxicologue et expert à l'AFSSA ). Gilles Eracsy  a pou sa part démontré les dioxines sont cancérigènes...

De plus les dioxines passent dans les chaînes alimentaires. On a dit que les incinérateurs de « nouvelle génération » libéraient moins de substances nocives, le professeur ne pouvait pas en dire plus il y a 6 mois, mais après lecture des derniers résultats des recherches, il peut conclure que c’est « nul ».

Il faut donc agir en s’appuyant sur des faits scientifiques ( même si on a l’intuition…), et manifester de façon « intelligente ».

Les arguments : Il y a 127 incinérateurs en France, une enquête a été réalisée par l’ADEME...

114 seulement ont répondu…

Sur les 114 :

40 % ne sont pas aux normes et libèrent des dioxines...

60 % sont aux normes partiellement.

Donc, on ne peut croire à la nouvelle génération car les décrets actuels ne sont mêmes pas appliqués. Il faut créer un institut, un centre d’étude de traitement des déchets. Ceci permettrait de collecter les informations.

Il y a 3 acteurs :

- les politiques qui ont un problème majeur : où mettre les déchets ? Sans institut le politique va voir l’industriel.

- l’industriel, qui fait alors ce qu’il veut.

- société civile qui dit « non » intuitivement.

Il faut créer un centre commun de recherches. Il faut élargir les différentes associations contre les incinérateurs, s’unir afin de remonter au niveau national. L’union c’est la force ! Les décisions vont remonter d’en bas ( « vive la France du bas !»)

Il faut insister sur le tri sélectif, le recyclage et après on voit ce qu’il reste et comment le traiter… ( il ne s’étend pas car il dit qu’il n’est pas expert en la matière). Dans la région de Nice ils veulent même brûler leurs déchets dans des cimenteries… et là aucune norme !

En conclusion 2/3 des cancers sont dus à la pollution.

II. Environnement et société ::

Et pour les autres maladies ?

- Les allergies : En France il y a 12 millions d’allergiques ( 20 % de la population ) et 1 enfant sur 7 est asthmatique. Ceci est dû aux additifs alimentaires qui sont allergisants. On nous dit qu’ils sont en petites doses, or plus la dose est petite et plus c’est allergisant.

Il faut interdire ces additifs !

Les voies respiratoires : des allergènes naturels fixés sur les poussières. L’enfant consomme plus d’air que l’adulte ( rapport : quantité d’air/poids plus important ) et vit plus près du sol : moquettes…

- Les malformations congénitales : On n’observe pas d’augmentation depuis 7 ans mais on encourage les parents à pratiquer l’IVG en cas de mongolisme…Les résultats sont donc faussés ! Les autres pays ne pratiquant pas l’IVG  voient les chiffres augmenter de façon très significative ! En France, il n’y a pas de problème… Nous sommes dans un véritable déni !

- La stérilité masculine : Le nombre de spermatozoïdes dans la région parisienne diminue de 20 % chaque année depuis 20 ans. Il demande au chercheur : est-ce génétique ? Non. Est-ce l’environnement ? On lance les études qui vont mettre 5 à 10 ans avant d’aboutir à des résultats… Il faut d’ores et déjà appliquer le principe de précaution. Bilan : il y a 15 % de couples stériles en Europe. La solution : insémination ? Les enfants ainsi conçus ont plus de risque de développer un cancer !!! « C‘est stupide ».

Les détracteurs disent : oui mais on gagne 3 mois d’espérance de vie tout les ans.. Alors continuons de polluer tout va bien… Mais il y a moins d’enfants…

Données ONU :

1,9 enfant par femme en France : c’est le maximum en Europe. Il n’y aura plus que 55 millions d’habitants dans 25 ans.

1,6 enfant  par femme en Allemagne : 5 à 20 millions d’habitants perdus en 25 ans.(«  besoin de la Turquie dans l’Europe car eux compteront 100 millions d’habitants en 2050 »)

1,3 enfant par femme en Espagne.

1,1 enfant par femme au Portugal : ils passeront de 15 millions d’habitants à 7 millions en 2050 !

 Il faut 2,1 enfants par femme pour renouveler la population. L’Europe va perdre 100 millions d’habitants en 50 ans. NB : 15 % des couples sont stériles et 15 % ne veulent pas d’enfant. En 2050 la Terre ne devrait pas porter plus de 9 milliards d’habitants.

L’effet de serre est une conséquence de la libération de certains gaz .

1300 climatologues appartenant au GIEC estiment à 3°C au minimum l’augmentation de la température dans ce siècle : la canicule, les années de sécheresse ne sont qu’un début…

3 conséquences :

- Géographiques : augmentation de 90 cm du niveau de la mer (que vont devenir les Pays bas, les îles… ?).

- Ecologiques : les pôles fondent, la flore et la faune se modifient.. Si l’on atteint des températures de 50 °C, est-ce que les feuillus vont résister ? En altitude on observe que les sapins montent en altitude pour trouver le frais. Il existe 10 millions d’espèces animales et végétales, on en connaît 1/10. Chaque année, il en disparaît 30 000.

- Sanitaires : si la température augmente de 3° C , les microbes, les parasites, les bactéries et les vecteurs de maladies vont accroître leur niche dans le nord.

Le paludisme va revenir plus au nord avec de nouvelles maladies.

Toutes les 30 secondes 1 enfant meurt du paludisme, 500 millions de malades, pas de vaccin et le parasite devient résistant aux médicaments. Serons-nous mieux armés dans 50 ans ?

III. Appel de Paris

3 articles :

1°) Un grand nombre de maladies dues à la pollution chimique (exemple :dioxines)

2°) Enfance en danger : ils sont à ras le sol …leur système immunitaire et nerveux n’est pas encore mature.

3°) Si on continue : l’espèce humaine est en danger.

 Cet appel a déjà été signé par 100 000 citoyens, 500 chercheurs, 500 associations… L’ensemble des conseils de l’ordre des médecins européens approuve ce texte.

Grandes mesures :

- mettre en place une réglementation des produits chimiques non plus adaptée seulement aux normes des adultes mais aussi à celles des enfants qui sont plus sensibles.

- mettre en place les mesures pour limiter l’effet de serre avant même que soit mis en place le protocole de Kyoto (la France est la lanterne rouge en Europe en politique environnementale)

« Nous avons un siècle pour sauver 10 000 ans d’histoire ».

« Polluer est devenu un crime contre l’humanité ».

« Ce siècle sera écologique ou nous ne serons plus ! »

                                                                                                                                                  

Prise de notes et compte-rendu : Xavier Varenne

Page réalisée en mai 2005

Fermer cette fenÍtre