Dossier Loubeau

Web

 

 

- Décharge de Loubeau -

Visite de juin 2005 : premiers contacts et prise de conscience.

Visite d'octobre 2005 : malgré l'arrêté, aucun travaux en cours...

Visite de janvier 2006 : çà traine toujours pour la remise aux normes.

Visite de mars 2006 : les travaux ont à peine commencés...

Analyses des analyses d'eau - juin 2006

Visite de décembre 2006 : des avancées pour la sécurité mais une pollution toujours présente.

Visite d'Octobre 2007 : Malheureusement, pas de grandes nouveautés...

Dossier Objectif Loubeau propre : De 2008 à aujourd'hui. CIMES prend les choses en mains.

Accueil Loubeau

- Visite de juin 2005 -

Visite de « l'ex » décharge de Loubeau, action et vérités !

L'ancienne décharge de Loubeau située au bord de la Béronne à trois kilomètres du centre de Melle inquiétait CIMES depuis déjà plusieurs mois. Nous nous posions de nombreuses questions sur la pollution engendrée par ce site et ses conséquences sur l'environnement local, sans parler des problèmes de sécurité liés à ce type de terrain.

C'est donc  en Juin 2005 que CIMES organisa une petite  visite de ce lieu avec comme guide Henry Vina,  président des 3B (association de pêche).  Le but était de faire prendre conscience à tous et particulièrement aux pouvoirs publics qu'il y avait quelque chose à faire. Pas de blâme ni de provocation, juste une envie que les choses changent.

Visite guidée et petite histoire du lieu :

 Il y a plus de 20 ans, les ordures ménagères du sud du Département devenaient de plus en plus importantes en volume. A cette époque pas de tri sélectif, nous mettions tout à poubelle et la seule solution existant alors était l'enfouissement de tous les déchets, quels qu'ils soient. Cette décharge de grande taille avait aussi pour but de mettre fin à toutes les petites décharges sauvages que nous trouvions partout dans nos campagnes et qui étaient heureusement devenues illégales. Un seul site devait permettre plus de contrôle et donc moins de pollution potentielle en provenance de tous ces petits sites.

Chez nous, une carrière venait de fermer car des veines d’argile commençaient à devenir plus importantes que la pierre à exploiter…

Rendez-vous à Loubeau pour faire l'état des lieux et non pour faire parler de nous comme le prétend le président du SICTOM....

De ce fait, la solution était toute trouvée : 1 trou + 1 volume d’ordures = 1 comblement. Pour ce faire, un cahier des charges fut rédigé et le trou se combla pendant de longues années. Le temps passa, jusqu’à la fermeture de cette décharge.

Bientôt 12 ans qu’elle fut recouverte et laissée pour compte, bien qu'il y ait les plus grands doutes concernant sa conformité au cahier des charges, en particulier sur son étanchéité (d'où la pollution du site) et sur la sécurité.

CIMES visite Loubeau

Nous avons ici 3 lagunes, en contact direct avec le sous-sol puisqu’il n’y a pas de bâchage pour éviter la percolation des jus vers le sous-sol. On trouve aussi une pompe avec un radeau qui promène sa crépine sur un étang de lagunage (quand il ne sert pas de radeau pour des explorateurs en herbe) ainsi que 2 puits de réception des jus qui présentent tous les deux un jeu de trappes qui peut être enlevé pour tout envoyer à la rivière.

L’ensemble est rouillé, le bois des trappes est pourri et les excédents circulent vers la rivière quand ils sont en volume important. Le site manque d’entretien, de surveillance et il n’existe pas de vraie clôture pour empêcher les promeneurs, ce qui nous a permis d'effectuer cette visite. Il est évident que  cela pourrait s'avérer très dangereux pour des gamins de passage.

Pour mieux comprendre les conséquences écologiques d’un tel endroit, il est nécessaire de se replonger dans l’histoire géologique du terrain… Pendant des dizaines d’années, chaque soir, pour préparer le lendemain, les responsables faisaient procéder à des tirs de mines qui fissuraient de plus en plus la masse autour de la carrière.

Notons qu’à cet emplacement,  il existe une nappe phréatique qui approvisionnait une fontaine (à l’origine située au-dessus de l'exploitation) et qui alimentait un étang à 200 m en contrebas.

Compte tenu de son architecture, le front de taille fut un support idéal pour recevoir les ordures et la valse des camions commença.

A cette époque, la rivière changeait de ton en  période de crue pour devenir couleur marron. Par la suite, un colmatage de son lit se mit en place sous forme de « gelée marron », parallèlement l’eau commença à sentir le purin.

Elle n'est pas belle notre Béronne ?

 Depuis la fermeture, la nappe phréatique continue encore et toujours à collecter les eaux de pluie sur plusieurs Km2et à approvisionner cette masse en décomposition au moyen d’une résurgence placée au tiers de la hauteur des déchets. Un terrain agricole placé directement en bordure de la décharge vient d’être drainé et les eaux sont envoyées en direction de Loubeau, ce qui augmente le volume d’eau transitant en son sein même.

Côté sécurité, il y a aussi des choses à faire puisque aucun des puits méthaniers n’est totalement sécurisé, il n'y a qu'un simple grillage posé à la surface du trou…

Merci aux associations présentes à cette visite : Les vieilles fontaines, Châtillon environnement, Deux sèvres nature environnement, Collectif alternatif incinérateur 79, Team Somptois.

 Dans la presse locale :  NR du 16-06-2005 et Concorde du 24-06-2005

 Une réponse du Sitcom en total décalage avec la réalité : Concorde du 22-07-2005

 Petit commentaires en vrac :

Il est dit dans cet article que la clôture fait bien le tour du site. Ah bon ? Alors pourquoi n’avons nous pas franchi de clôture pour entrer ? Et pourquoi en se baladant dans le coin, peut-on aller au sommet des puits méthaniers sans franchir de clôture, quelques ronces tout au plus...

Bon, pour le coup du feu, pourquoi pas, mais il est difficile de comprendre le concept de décharge abandonnée dont la périphérie ne serait pas dans l'enceinte mais derrière la pseudo barrière. Il faudra nous l'expliquer ! Mais bon il est vrai que nous ne serions, d'après le président du SICTOM, que de simples écologistes obscurantistes dont le seul but serait de faire parler d'eux.

Dire qu’il n’y a jamais eu de pollution à Loubeau, là faut oser quand même… Ils se marraient bien les alsaciens de de la bande à Dany Dietman  s’ils voyaient notre décharge « non polluante »… Les représentants des associations présentes qui se battent contre l'implantation de décharges par crainte des risques de pollution eux, riaient jaune !!!


Une réponse préfectorale qui ne s'est pas fait attendre...

Un arrêté qui montre que les choses vont bientôt changer à Loubeau… En tout cas on y croit et on reste vigilant.... Télécharger l'arrêté préfectoral complet en pdf en cliquant ci-dessous...

Page 1 - 375 Ko

Page 2 - 441 Ko

Page 3 - 489 Ko 

Page 4 - 330 Ko 

Un communiqué de presse de CIMES, en réponse à celui du SICTOM mais qui n'est pas paru !

Dans ce communiqué CIMES remercie le préfet pour cette bonne décision et dénonce la réaction du Sictom qui est à mille lieux de la réalité. C'est vrai qu'il n'y a pas mieux pour faire parler de nous que de se faire chier à visiter une décharge au beau milieu du mois de juin ! En effet, quand on voit l'état du site, pour prétendre que cette visite en plein mois de juin n'avait pour but que de faire parler de nous, il ne faut pas manquer d'air (même pollué) !

Communiqué de CIMES du 01.08.2005 (38 Ko en Pdf)

La suite du dossier

Accueil Loubeau

Actions de CIMES

Accueil site

Page Réalisée en août 2005. Merci à H. Vina pour sa visite, son témoignage ci-dessus et les informations sur le lieu.