Web

 

 

 

 

 

 

 

 

- CIMES, c'est quoi au juste ? -

Présentation de l'association CIMES :

Présentation réalisée en 2006...

Au lendemain de la création de CIMES par une poignée de Mellois, une quarantaine de personnes nous a rejoint. Une association environnementaliste répondait, à n'en pas douter à une forte demande. Nous avons, par quelques coups d'éclats et grâce à un travail d'information et de communication, réussi à nous faire connaître.
Lors de l'assemblée générale de 2003, le jour de son premier anniversaire, elle comptait plus de 100 adhérents qui, depuis, sont restés fidèles. Lors de l'assemblée générale de 2005, nous étions environ 150 adhérents auxquels il faut ajouter de nombreux sympathisants qui nous épaulent dans nos recherches et répondent à nos besoins financiers.

Nos nombreuses actions, nos victoires, nos interpellations des pouvoirs publics, nos communications dans la presse ou par tract ont fait de CIMES une association incontournable dans tout le Mellois.

CIMES ne laisse pas indifférent, pour les uns, amoureux de la nature et respectueux de la santé et de l'environnement, c'est une chance, une association nécessaire qui se bat pour une juste cause ; pour les autres, plus soucieux des profits immédiats, et  peu concernés par la santé publique et le cadre de vie, c'est une source de problèmes, c'est le grain de sable qui enraie la machine à polluer. Pour ces derniers, la désinformation, l'intimidation et l'argent sont les moyens dont ils usent pour tenter de nous déstabiliser et de nous faire taire. Cela ne nous a pas empêché de continuer notre combat et de faire annuler 2 permis de construire contre un dangereux incinérateur de boues de la station d'épuration de l'usine Rhodia et de farines animales; de dénoncer le laxisme de la gestion de la décharge de Loubeau par le SICTOM, ce qui a amené le préfet à exiger une mise aux normes par arrêté préfectoral en juillet 2005.

Nous devons rester vigilants car les promoteurs de projets fous tel l'incinérateur, n'ont pas dit leur dernier mot et peuvent, bien que la justice leur ait donné tort, redéposer une nouvelle demande pour voir aboutir leur projet néfaste pour la population, l'environnement et la santé. Nous devons également continuer à surveiller le site de Loubeau puisque l'arrêté préfectoral n'a pas été suivi d'effet et alerter les services compétents pour que le nécessaire soit fait.

Se battre pour l'environnement est un combat de tous les jours et nous travaillons également sur de nombreux autres dossiers : l'eau, les produits phytosanitaires, les antennes de téléphonie mobile, la gestion des déchets et la réduction des déchets à la source, les OGM, etc.

CIMES, comme toute association environnementaliste ne doit pas être isolée et travailler seule dans son coin. Les problèmes environnementaux ne s'arrêtent pas à notre porte, de nombreux drames écologiques sont là pour nous le rappeler. C'est pour cela que nous avons adhéré à des coordinations et entretenons de nombreux échanges avec d'autres associations nationales, départementales et locales (le CNIID, Deux Sèvres Nature Environnement, le Collectif contre l'incinération, etc.).

CIMES est encore jeune, mais que de chemin parcouru et que de chemin restant encore à parcourir ! C'est pour cela que nous sommes là et bien là et pour longtemps encore.

La présidente, Geneviève Paillaud.

Pour poursuivre la présentation de CIMES et mieux nous connaître, vous pouvez vous plonger dans l'interview de Geneviève Paillaud sur l'usine de Melle réalisé en février 2006 par 4 élèves du lycée de Melle dans le cadre de leur TPE sur "Quelles sont les influences de l'usine de Melle sur l'environnement du Mellois ?" . Dans le cadre d'un autre travail d'autres lycéennes se sont intéressés à CIMES au début de l'année 2007. Retrouvez cet interview en cliquant ici.

La naissance de CIMES :haut de page

Extrait du journal local «De quoi J’me Melle» N° 46 Décembre 2002.  En avant pour les CIMES ! Un petit article qui rappelle que CIMES n'est pas une association ON/OFF qui a juste été créée pour lutter contre un projet particulier...

L’association a vu le jour le 21 septembre 2002, date anniversaire de l’accident de l’usine AZF de Toulouse. La coïncidence ne manque pas de sens. En effet, l’association rassemble des habitants du Pays  Mellois qui s’intéressent d’une façon générale aux problèmes environnementaux causés par les activités humaines, et à la traduction de ces problèmes sur notre cadre de vie et notre sécurité.

Comprendre et analyser ces problèmes, situer les risques et les responsabilités, informer nos concitoyens : voilà l’objet de l’association. Il n’en reste pas moins que l’élément déclencheur de la constitution a bien été la prise de conscience que l’usine Rhodia de Melle relevait, comme AZF, de la classification  SEVESO II, et que pour la plupart d’entre nous, nous ne savions pas précisément ce que cela signifiait en termes de risque et de réglementation.

« L’obligation de subir nous donne le droit de savoir » a dit Jean Rostand. Voilà  l’état d’esprit dans lequel CIMES entend réagir. Nous ne remettons absolument pas en cause l’importance économique de l’usine pour le pays Mellois. Mais, nous estimons que celle-ci ne nous dispense pas de faire preuve de vigilance en tant que riverains. 

Elle ne dispense pas non plus les pouvoirs publics d’appliquer la loi, qui comprend notamment une obligation d’information à la population. Sur ce point, peut-on se satisfaire de ce qui est fait aujourd’hui ?

Il est d’autant plus important de se mobiliser que l’usine porte le projet d’un nouvel incinérateur et que les conditions de son utilisation (brûlage de farines animales, des boues de l’usine…) pose questions. Là encore, nous mesurons les enjeux économiques mais souhaitons qu’ils ne soient pas les seuls pris en compte. Concrètement, nous demandons la création d’une instance de concertation entre exploitants de l’usine, habitants et pouvoirs publics, au sain de laquelle CIMES demandera à siéger.

Ce type de dispositif est d’ailleurs prévu par la réglementation SEVESO (sous le vocable de CLIS [commission locale d’information et de surveillance]). Il n’y a plus qu’à la mettre en place avant que toutes les décisions ne soient prises !

D’emblée une quarantaine de personnes nous ont rejoint. Pour renforcer nos démarches, rejoignez nous en adhérant. Même si vous ne pouvez y consacrer beaucoup de temps, votre soutien compte.

Le bureau de CIMES : haut de page

Présidente : Geneviève Paillaud

Trésorière: Isabelle Varenne

Trésorier Adjoint : François Pothier

Secrétaire : Sylvie Mazoyer

Secrétaire adjointe : Nicole Delpit-Riedel

 

Les statuts de CIMES : haut de page

Cliquez ci-dessous pour télécharger les statuts de l’association en Doc Word (26 Ko). Les statuts, c’est très officiel, un peu lourd à la lecture. Mais si vous le souhaitez, vous pouvez les télécharger :

Statuts de l'association CIMES

Enfin, ces statuts peuvent toujours vous être utile si vous souhaitez créér une association dans le même esprit que CIMES. La rédaction des statuts est une étape majeure de la création d'une association. Par exemple lors de notre petit passage au tribunal admnistratif pour une affaire d'incinérateur, on a tenté de nous attaquer sur notre soi disante impossibilité de nous pourvoir en justice, les statuts ci-dessous ont permis de prouver le contraire...

 

Logo de CIMES

Groupes de travail : haut de page

Des groupes de travail ont été mis en place. Si vous êtes intéressés par un de ces sujets et que vous voulez vous y consacrer, contactez-nous (cimes[at]cimesmelle.com) et nous transmettrons vos coordonnées aux responsables des groupes.

- Groupe téléphonie mobile : Ce groupe se réunit régulièrement pour faire le point sur le problème des antennes de téléphonie mobile notamment celle située à une grande proximité de l'école maternelle et du lycée de Melle. Des infos dans notre page téléphonie.

antenne de téléphonie à MelleEcho des CIMES numéro 1 - Oct 2006

- Groupe communication : Ce groupe s'occupe entre autres de la réalisation du journal l'écho des Cimes et de la mise à jour du site web.

- Groupe phytosanitaires et OGM : . CIMES rejoint le collectif "Vigilance OGM 79". Plus d'infos en dans notre page OGM.

Accueil site

Clip vidéo : bande son "Pauvre Planète" de l'excellent groupe as de Trêfle réalisé pour une de nos assemblée générale.